Accueil Médias Actualités Démarrage des opérations commerciales à Kribi Conteneurs Terminal

Démarrage des opérations commerciales à Kribi Conteneurs Terminal

Cameroun. 02 mars 2018

Avec l’arrivée du premier navire commercial aujourd’hui à Kribi Conteneurs Terminal, le Cameroun prend un nouvel élan. Unique port en eaux profondes du pays, ce terminal moderne et efficient va participer à la croissance économique du Cameroun et de sa sous-région, notamment le Tchad et la République Centrafricaine.

Kribi Conteneurs Terminal - Port Cameroun

Kribi Conteneurs Terminal (KCT) offre à la chaîne logistique camerounaise une infrastructure moderne, adaptée à la nouvelle génération de navires transocéaniques. « Nous allons accueillir des porte-conteneurs de très grande capacité (jusqu’à 11 000 EVP) et ce dès leur première escale sur les côtes africaines. Cela va réduire les temps de transit des marchandises.» explique Daniel Lallemand, Directeur général de Kribi Conteneurs Terminal. D’autant que tout a été pensé pour offrir aux clients un service haut de gamme et des escales optimisées ; planification des flux, tracking informatisé, politique tarifaire attractive, interface entre le système d’information du terminal et celui de la Douane...

Ces services offriront plus de choix d’escales aux armateurs et de flexibilité aux importateurs et exportateurs au Cameroun.

Un atout logistique portuaire pour le Cameroun

Aujourd’hui doté d’un quai de 350 mètres avec une profondeur de 16 mètres et de 18 hectares de surface de stockage, Kribi Conteneurs Terminal possède des infrastructures et des équipements (2 STS, 5 RTG) conformes aux meilleurs standards internationaux. La démarche qualité stricte assure une sécurité optimale du personnel, des installations et des marchandises.

380 millions d'euros d'investissements sont prévus pour aboutir à une deuxième phase qui permettra d’optimiser la gestion opérationnelle et la productivité du terminal. 

« Au-delà du service client, Kribi Conteneurs Terminal est un catalyseur de développement local, explique Daniel Lallemand. Nous employons aujourd’hui 300 personnes et développons une politique de sous-traitance locale, qui est un moteur pour le développement de la région ».